Agenda

juin 2018
LMMJVSD
     1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
« Mai   Juil »
  • Pas d'événement

Histoire

Création de la paroisse

En l’an 2000, à l’issue du synode diocésain convoqué par monseigneur Hippolyte Simon, une nouvelle organisation administrative du diocèse fut adoptée.

Le 1er septembre 2002, il fut décidé de regrouper les 521 paroisses existantes en 32 paroisses nouvelles.

L’origine du nom de notre paroisse est double:

Le nom d ‘un enfant de Lezoux, Monseigneur Gabriel-Taurin Dufresse, mort martyr en Chine en 1815.
Une mention géographique découlant de l’implantation de la paroisse en partie sur la région de Limagne, mais également sur la zone des Varennes.

D’où le nom complet de paroisse saint Gabriel-Taurin Dufresse des Limagnes aux Varennes.

 

Saint Gabriel-Taurin Dufresse

Saint GabrielGabriel-Taurin Dufresse est né à Lezoux, le 8 décembre 1750, dans une famille de la petite bourgeoisie.

Après des études brillantes, il ressent le désir fervent de se consacrer à Dieu, plutôt qu’à une carrière prometteuse.

Diacre, il entre au séminaire des Missions Etrangères de Paris le 2 juillet 1774, et est ordonné prêtre le 17 décembre de la même année.

Après avoir reçu son sacerdoce, il part le 4 décembre 1775 pour les missions chinoises de Sichuan.

Son évêque Mgr de Saint-Martin lui confie un vaste territoire de 13 villes éloignées de 11 jours de marche, cette tâche sera rude, mais Gabriel-Taurin y met tout son zèle.

Il tombe malade après deux années et reçoit même les derniers sacrements, mais sa santé s’améliore et il reprend aussitôt ses travaux apostoliques.

A deux reprises, il est fait prisonnier, et s’échappe, mais en 1784 son évêque est également fait prisonnier et lui ordonne, ainsi qu’à deux autres, de se rendre.

Après six mois de captivité, il est relâché à condition de repartir pour l’Europe, mais Gabriel-Taurin s’embarque pour Manille et revient en Chine à la première occasion.

Toujours en compagnie de Mgr de Saint-Martin, il rejoint Tchou-King et devient son coadjuteur.

Il baptisa plus de mille adultes et encore plus d’enfants.

Au décès de Mgr de Saint-Martin, Gabriel-Taurin lui succède à la direction de la mission.

Il réunit alors un synode pour réfléchir sur les orientations de celle-ci et sur la meilleure conduite à suivre : il fait rayonner ainsi pendant plusieurs années toutes ses vertus de bon pasteur et accomplit un bien immense.

chasse St GT

Mais en 1884 il fut dénoncé, et sa cachette révélée.

Emprisonné pendant plusieurs mois à Tchen-Fou, il comparut devant le vice-roi Chang-Ming qui le condamna à avoir la tête tranchée.

33 chrétiens furent conduits en même temps que lui sur le lieu du supplice ; on leur ordonna de renoncer au Christ, ce qu’ils refusèrent tous. Gabriel Taurin les bénit, puis se courba et le soldat lui trancha la tête.

Celle-ci fut placée sur une colonne avec l’inscription  » Européen, prédicateur et évêque de la religion chrétienne », c’était le 14 septembre 1815.

Les autres chrétiens furent exemptés du supplice, mais condamnés à l’exil.

Le sang du martyr, recueilli par quelques chrétiens, fut distribué aux fidèles de la ville où il fut conservé avec une pieuse vénération.

Son corps resta exposé trois jours, puis fut enterré par des chrétiens qui durent l’acheter. Plusieurs guérisons attestées ont été obtenues sur ce tombeau.

Il a été déclaré vénérable le 9 juin 1843, puis, le 2 juillet 1889, un décret pontifical l’a reconnu martyr de la foi.

Déclaré bienheureux le 27 mai 1900, il est canonisé à Rome le 1er octobre 2000 par le Pape Jean-Paul II, le jour de la fête de sainte Thérèse, patronne des Missions, en même temps que 123 autres bienheureux, dont 120 martyrs de Chine.

Une relique est déposée dans l’église de Lezoux en décembre 1900.

Nous avons célébré dans la paroisse le bicentenaire de son martyre le 15 septembre 2015.

Dans l’église de Lezoux, on peut voir :

Saint Taurin, évêque d’Evreux, patron de la ville

Saint TaurinLors des invasions des Normands, les reliques de Saint Taurin, évêque d’Evreux des premiers siècles, furent transportées à Lezoux, alors ville fortifiée, pour être mises en sécurité.

De nombreuses faveurs furent accordées dans toute la Limagne par l’intercession de ce saint.

Après le traité de paix avec les Normands en 911, les moines d’Evreux récupérèrent les reliques, au grand regret des habitants de Lezoux, qui recevront 9 siècles plus tard, en 1805, une vertèbre de Saint Taurin, offerte par l’évêque d’Evreux.

A Lezoux, la fête de St Taurin est le 5 septembre, jour anniversaire de la translation de ses reliques.

Une rue de la ville porte d’ailleurs son nom.

C’est en son honneur que beaucoup d’enfants de Lezoux, dont saint Gabriel-Taurin, ont reçu ce prénom.

Dans l’église de Lezoux, on peut voir deux vitraux de saint Taurin.

 

Saint Pierre, patron de la paroisse

vitrail saint Gabriel-taurinUne église dédiée à saint Pierre a existé sur la paroisse depuis le Vème siècle.

Jusqu’à la Révolution, Lezoux avait deux paroisses, Saint-Pierre et Notre-Dame.

La paroisse Saint Pierre, plus vaste que celle de Notre-Dame, avait à l’époque un curé, deux vicaires et un chapitre de quatorze chanoines.

L’église Notre-Dame fut désaffectée en 1790.

L’église Saint Pierre fut détruite par les révolutionnaires en 1794, puis reconstruite une douzaine d’années plus tard.

L’église paroissiale actuelle a été ouverte au culte en 1810. Elle a subi quelques modifications, avec notamment l’ouverture des portes du fond et de la porte latérale. De l’ancienne église subsistent la chapelle des missions( autrefois appelée chapelle sainte Thérèse), et la sacristie, ce qui explique qu’il n’y ait des vitraux que d’un seul côté.

Elle a été restaurée en 1990.

Le vitrail qui rappelle le martyre de Mgr Dufresse en Chine a été inauguré en 1881